MENU

13/12/2017

Gestes et dires de cueilleurs : un diaporama, fenêtre ouverte sur le métier de cueilleur


Alors que la demande en produits « naturels » ne cesse de croitre, les plantes sont à l’honneur dans une multitude de secteurs artisanaux et industriels : herboristerie, pharmacie humaine et vétérinaire, parfumerie, cosmétique, décoration florale, agroalimentaire etc. On sait peu, en revanche, qu’une partie de ces plantes est cueillie directement dans la nature.
A l’origine de chacun de ces produits se trouve une rencontre entre une cueilleuse ou un cueilleur et des plantes sauvages.

Savoirs et savoir-faire, transmission, régulation des ressources, réglementation, organisation des filières… sont alors autant d’aspects et d’éclairages qui permettent d’aborder les réalités multiformes que recouvrent les cueillettes commerciales. Mais s’il met en jeu des questions sociales, environnementales et économiques, le monde des cueillettes est fait de gestes, d’émotions, de sensations et de perceptions, d’adaptations dictées par l’expérience où parcours de vie et parcours de cueillette racontent la mise en œuvre de savoirs et savoir-faire singuliers.

Les ethnologues du Conservatoire botanique ont choisi de suivre trois types de cueillettes différentes : celle de l’Arnica (Arnica montana L.), par des cueilleurs affiliés à une coopérative approvisionnant l’industrie, la cueillette artisanale du Thé d’Aubrac (Calamintha grandiflora (L.) Moench), très développée localement et destinée au circuit court, et enfin l’arrachage des racines de la Gentiane jaune (Gentiana lutea L.), par des ouvriers saisonniers embauchés par des collecteurs ou des négociants.

Ce diaporama s’appuie sur un premier travail mené en 2013-2014 dans le cadre de l’opération « La cueillette des plantes sauvages en Pyrénées : phase 2, éléments d’analyse et valorisation (2012- 2013) avec l’aide financière de l’Union européenne (Fonds européen de développement régional – Programme opérationnel Midi-Pyrénées 2007-2013), l’État (Fonds national de développement du territoire et Ministère de la culture), la Région Midi-Pyrénées, la Région Aquitaine, le Département des Hautes-Pyrénées et le Département des Pyrénées-Atlantiques. 

Il a été finalisé dans le cadre du programme européen INTERREG SUDOE VALUEPAM– SOE1/P5/PO474 soutenu par le Fonds européen de développement régional. 


Le diaporama, alliant photos et citations orales, gestes et dires de cueilleurs, est une fenêtre ouverte sur le métier de cueilleur. Le spectateur peut choisir de regarder la version intégrale retraçant 3 cueillettes distinctes, ou de ne visualiser qu’un seul des modules : Arnica ou Thé d’Aubrac ou Gentiane jaune.

L'Arnica des montagnes

En granules homéopathiques, en gels, en huiles de massage… qui ne connaît l’Arnica ? Elément devenu incontournable des pharmacies familiales, c’est une matière première végétale très recherchée par l’industrie. Loin des centres de transformation, des cueilleurs professionnels affiliés à une coopérative auvergnate nous mènent, à travers les discours et pratiques qu’ils ont construits autour de cette plante de montagne, dans leur cueillette pyrénéenne de l’Arnica montana.


Le Thé d’Aubrac

Calamintha grandiflora (ou Clinopodium grandiflorum), est une plante aromatique connue sous le nom de Thé d’Aubrac sur le plateau éponyme où elle connaît aujourd’hui une renommée sans précédent. Pour partie inscrite dans l’intimité et l’identité des familles aubracoises, elle séduit aujourd’hui les touristes pour lesquels on développe de nombreux produits dérivés. Cela ne va pas sans certaines interrogations sur les pressions qui s’exercent sur cette ressource naturelle. Nous suivons ici quelques cueilleurs artisanaux dont la production est destinée à la vente directe ou au circuit court. Nous les accompagnons sur leurs sites, au plus proche de leur façon de cueillir mais aussi dans leur relation à la plante et au monde.


La Gentiane jaune

La racine de gentiane est un produit commercial fort recherché par l’industrie ; on estime qu’on en extrait 1500 tonnes (en frais) chaque année du sol français. Le travail d’extraction en lui-même est très physique et se fait à l’aide d’une ‘fourche du diable’ pesant entre 12 et 15 kg. Depuis quelques années des fourches mécaniques ont aussi fait leur apparition sur les chantiers. De l’Aubrac aux Pyrénées, nous suivons ici des ouvriers saisonniers – le plus souvent étrangers – qui œuvrent en équipe pour un collecteur ou un négociant. Les chantiers d’arrachage, caractérisés par leur aspect spectaculaire, font l’objet de nombreux enjeux sociaux et environnementaux.




Dires et gestes de cueilleurs. Une enquête ethnographique menée par le Conservatoire botanique national des Pyrénées et Midi-Pyrénées sur les cueilleurs professionnels. Trois cueillettes : Arnica, Thé d'aubrac et Gentiane jaune. Auteurs : Raphaële Garreta (CBNPMP), Marion Lavabre et Béatrice Morisson (CBNPMP). Documentaire/Reportages et journalisme/Culture et technologie